volatil(e)

 

IMMIGRATION


documentaire de création, 31 mn, 2005

un film de Claire Ananos

auto-production

prise de vue, son, montage : Claire Ananos

mixage : Isabelle Ballet

avec Khalid Ribani, Majid El Farrouj, Hervé Nisic


J'ai proposé ce film à Khalid Ribani en 1999.

Khalid est un ami d'enfance, français d'origine marocaine. C'est un garçon un peu fou, très exubérant et joyeux en apparence, un peu "cassé" à l'intérieur.

La caractéristique de Khalid est de ne pas tenir en place. Il part pour de très longues périodes en vadrouille en France ou à l'étranger, il disparaît, puis réapparait sans crier gare. Assez insaisissable, il faut profiter de ses moments de présence.


Volatil. Volatile.

Volatil, le chemin que l’on entreprend lorsqu'on part en voyage, les traces qui marquent notre personnalité lorsque nous revenons dans notre environnement habituel.


Volatil, la connaissance d'un pays dans lequel on reste peu de temps. Juste des impressions, des ambiances, des rythmes de paroles, des mouvements, des rencontres fugitives. Et accepter de ne saisir que des bribes…


Volatil, l’idée qui me pousse à proposer ce film à Khalid Ribani : un voyage au Maroc, son pays « perdu »,... dans lequel il n’a jamais vraiment vécu, juste passé quelques mois régulièrement depuis 35 ans. Découvrir le Maroc de Khalid, interroger le rapport qu’il entretient avec son pays d’origine, comment il évolue là-bas. Comment j’évolue avec lui. Comment le monde évolue autour de nous.


Volatile, Khalid Ribani, que je connais depuis 1988. Khalid, que je n’ai jamais pu entièrement comprendre, parce qu’il disparaissait dès que je percevais quelque chose de nouveau chez lui. Que je comprends davantage, maintenant que je ne cherche plus à le saisir. C’est sa manière de se sentir « libre ». Khalid c’est le geste que font les magiciens ou les conteurs pour sonoriser une disparition soudaine : « pffuuit ! »


Volatil, ce film qui oscille entre une observation tendre du déracinement de son personnage principal se débattant dans une réalité, et, un lien « ténu mais réel » avec un homme resté en France qui suit par mail le déroulement du voyage.

Après plusieurs dates de départ repoussées, nous avons fini par mettre notre projet à exécution au mois de mai 2001. Nous sommes partis un mois.


Je crois que le tournage de Volatil(e) a beaucoup influencé mon approche du film sur le quartier de la Goutte d'Or. Et Frontière Intérieure m'a aidé à appréhender ce qui s'est passé au Maroc et à terminer Volatil(e)...

2 projets qui se sont alimentés et soutenus mutuellement.


Analyse de Olivier Barlet :

"Proximité également dans Volatil(e) de Claire Ananos où elle est d'autant plus flagrante que le personnage central est agaçant : Khalid le beau-parleur se rend dans son Maroc d'origine dont il parle comme d'un Eldorado. A l'image de son titre, le film se fait tentative de capter à la fois un personnage et un pays sans jamais prétendre y arriver : la métonymie y est non seulement système formel mais système de pensée. De ce flottement de questions sans réponses naît un film attachant et sans prétention où le hors-champ structure la perception."

(Lussas 2006 : les enjeux d'Africadoc")


Diffusions du film


LES VIDEOPHAGES (Toulouse)

5 décembre 2005 (page 8)


FESTIVAL INTERCULTUREL DE SAINT-DENIS Watashitachi

12 mai 2006 (page2)


LES ETATS GENERAUX DU FILM DOCUMENTAIRE

(Lussas)     24 août 2006


- DOC A TUNIS

9 avril 2007 

**frontiere_interieure.html
*realisations.html